L’histoire

« Comment est née cette communauté ? D’un profond désir de se retrouver entre femmes pour grandir et apprendre des autres. 

En France, à Paris, je trouvais des groupes de jeunes pro, de mères, de pères, de 18-35, mais pas tellement de groupes de femmes. Par l’intermédiaire de vidéos et de post Instagram, je suis tombée sur une communauté catholiques de femmes aux États-Unis, Blessed Is She (Bénie soit-elle). Cette communauté m’apportait tout ce que je désirais : l’amitié, le soutien, la prière, le partage, les rencontres, la sincérité, l’acceptation, la joie. Mais ce n’était pas facile de suivre toutes leurs propositions puisque je n’étais pas sur place. Je me suis donc dit ‘’pourquoi pas importer cette communauté en France’’. Mais la barrière de la langue était compliquée. J’ai donc laissé tomber l’idée de l’importer ici. Mais le sentiment de joie que me procurait cette communauté ne me lâchait pas. Comment vivre ce genre de joie ici à Paris ? Mon cœur fut alors comblé d’un puissant désir : pourquoi ne pas monter une communauté ici ? Pourquoi ne pas laisser l’Esprit Saint agir ici et créer ?

J’étais partante.

Si quelque chose devait se créer, ce serait avec le Christ, aider par l’Esprit Saint. Après quelques discussions avec des amies, je me rends compte que cette demande est présente. Les femmes cherchent à se retrouver, à prier ensemble, à s’épauler, à louer, à partager. Peu importe nos chemins de vie, nous avons toutes à apprendre les unes des autres. Nous sommes filles de Dieu.

Le nom de cette communauté a été plus difficile à trouver. J’ai cherché, prié et lu pendant plusieurs jours. Un jour en lisant le passage de l’annonciation de Luc, pendant lequel Marie reçoit la visite de l’ange Gabriel, je me suis arrêté sur la façon dont l’ange s’adresse à Marie : « Réjouis-toi, comblée de grâce » – Luc 1 :28. Comblée de grâce. Je ne sais pas comment vous dire, lorsque j’ai pensé à « Comblée de Grâce » pour cette communauté, mon cœur était en paix. Gloire à Dieu !

Marie est l’absolue Comblée de Grâce. Mais je crois que nous le sommes toutes, nous n’avons qu’à dire OUI, le OUI de Marie, pour nos vies.

Sous le regard de Marie, osons le OUI ! Sous le regard de Marie, osons le Fiat ! » – Sophie